JUMELAGE CAUSSE DE LA SELLE ISERA

LES RELATIONS FRANCO-ITALIENNES AU BEAU FIXE

…du moins au niveau du jumelage entre notre village et la commune d’Isera. La chaleur humaine, la convivialité et l’amitié ont constitué le fil conducteur de ces rencontres entre le 2 et le 7 août dans le Trentin. C’est peu dire que l’accueil de nos amis italiens a été comme de coutume d’une extrême gentillesse. Tout a été mis en œuvre pour que le séjour soit confortable, agréable, instructif, sportif mais aussi gastronomique. C’est bien sûr le tambourin qui est à l’origine et au centre de ces relations amicales depuis bientôt 30 ans mais les élus locaux, en particulier la maire d’Isera, Enrica Rigotti, ont tenu à montrer à quel point cette relation était désormais ancrée dans l’histoire de leur village.  Lors de la fête locale, notre délégation a été mise à l’honneur et nous avons eu l’occasion d’adresser un mot à la population depuis l’estrade où se produisaient les orchestres qui, preuve d’une extrême délicatesse, ont distillé plusieurs chansons françaises.
Bien sûr, plusieurs visites se sont inscrites dans le contexte du lourd tribut payé aux différents conflits particulièrement dramatiques dans ce secteur puisque la première guerre mondiale se doublait dans ces montagnes du Trentin du conflit séculaire entre l’Autriche et l’Italie qui revendiquait une partie de son territoire national. C’est ce que nous avons pu découvrir dans dans le fort de Pozzacchio, totalement enfoui dans le rocher ainsi que dans le musée de Rovereto entièrement dédié aux costumes et aux matériels militaires. Mais ce devoir de mémoire, qui a le mérite de renforcer l’adhésion à l’Europe des peuples n’excluait nullement des visites de sites remarquables, comme le lac de Garde ou des joutes acharnées de tambourin dans le magnifique écrin montagneux de Patone. Il fallait bien cela et les dizaines de kilomètres parcourus sur des sentiers escarpés pour éliminer les calories emmagasinées à l’occasion des repas pris autour de tablées se comprenant parfois plus avec le sourire qu’avec la traduction. Ce déplacement avait été préparé par le club de tambourin et en particulier par Jean François Salvi son président qu’il y a lieu de féliciter pour son sens aigu et reconnu de l’organisation.

(Crédit photos Agnès Raunier et Philippe Doutremepuich)

Défense acharnée des caussenards dans le décor somptueux de Patone

Allocution de Claudio Angiari, adjoint aux sports, avant la remise des trophées

Du matériel militaire pour une polenta géante

Faites la pâte pas la guerre

 

Mariotta la fidélissime

Dans les entrailles du fort (autrefois autrichien) de Pozzacchio

Descente vers le lac de Garde

 

Retour vers haut de page