LA NUIT DES CHAUVES SOURIS

Beaucoup d’idées reçues et de craintes ancestrales circulent sur ces petites bêtes que La Fontaine a très bien décrites dans l’une de ces fables et qu’il a associées à la duplicité humaine (« je suis oiseau, voyez mes plumes, je suis souris vivent les rats »). Des rumeurs courent même sur leur appétence pour la chevelure féminine, ce qui relève de la pure légende. En revanche, au cours de la présentation qui a été faite dans la salle polyvalente le samedi 31 août par Magali Montaigut de la Ligue de protection des oiseaux, leur utilité mais aussi leur fragilité ont été évoquées. Il faut savoir que ce sont par exemple des alliés efficaces puisqu’elles ingurgitent des centaines de moustiques toutes les nuits et qu’elles nichent dans les endroits qui ne présentent que peu d’inconvénients pour les humains. Mais, comme les insectes du reste, elles ont tendance à disparaître en raison des activités humaines et de la perte de leurs corridors écologiques. Au cours de cette soirée, les participants ont été frappés par l’intérêt et la connaissance des enfants sur ce sujet, preuve que tout n’est pas perdu sur notre planète et que les nouvelles générations pourront faire mieux que les précédentes dans domaine.

 

 

Retour vers haut de page